Projets nationaux et internationaux

Notre équipe est impliquée dans des projets relatifs au développement musculaire et à la qualité de la viande : le projet européen GeMQual, les projets Texel, Qualvigène et Mugène, bénéficiant tous les trois d’un soutien de l’ANR (programme GenAnimal).

Projet GeMQual (Genetics of Meat Quality)

Ce programme a pour ambition d’identifier des polymorphismes génétiques de type SNP (Single Nucleotide Polymorphism) présents dans des gènes candidats et d’établir leur éventuelle association avec des caractéristiques des carcasses ou des viandes bovines. Les mesures phénotypiques ont été réalisées sur des lots de 30 animaux de 15 races européennes. En France, les travaux ont porté sur les races Charolaise et Limousine.
Dans ce contexte, notre recherche de SNPs a porté sur 94 gènes parmi les 365 répartis entre les équipes. Sur les 710 SNPs déterminés, nous avons identifié 191 SNPs différents dans 50 gènes. La dernière phase du projet en 2005 a consisté en la réalisation des génotypages des taurillons et de leurs parents. L’analyse statistique des résultats révèle l’existence d’associations génotype/phénotype pour certains gènes.

Projet Texel

Ce projet vise à comprendre le déterminisme génétique de l’hypermusculature chez les ovins de race Texel Belge. Il est réalisé en collaboration avec les équipes du Pr. M. Georges (Université de Liège), de J. Bouix (SAGA, INRA, Toulouse) et du Dr. E. Laville (QuaPA, INRA, Theix). Nous avons construit une carte comparée précise entre la région centromérique du chromosome 2 ovin portant le QTL (Quantitative Trait Locus) et les régions homologues des génomes bovin et humain. Une liste des 246 gènes localisés dans les six régions identifiées a été établie. Après avoir obtenu des séquences ovines pour ces gènes, une approche de quantification sur des pools d’ARNm des individus porteurs de l’haplotype de l’hypertrophie musculaire d’une part et des individus non porteurs d’autre part a été réalisée. L’expression de 161 gènes a été comparée entre les animaux des deux génotypes et une expression différentielle observée pour 11 gènes. Les travaux, reposant sur une approche protéomique, devraient également conduire à l’identification de gènes candidats (Hamelin et al., 2006). A ce jour, une mutation créant un site de reconnaissance pour deux micro-ARN et située dans la partie 3’UTR du gène de la myostatine, présent dans la région du QTL, a été découverte par l’équipe de Liège. L’expression du gène apparaît ainsi modulée par un mécanisme mis en évidence pour la première fois chez les ruminants et qui conduit à un phénotype d’hypermusculature (Clop et al., 2006).

Projet Qualvigène

Ce projet a pour objectif de valider, dans les trois principales races bovines allaitantes françaises (Charolaise, Limousine et Blonde d’Aquitaine) l’intérêt réel de marqueurs génétiques impliqués dans les qualités de la viande. Ces polymorphismes constitueraient en effet un puissant outil moléculaire pour sélectionner et améliorer les caractéristiques de la viande, en particulier la tendreté, la flaveur et la couleur. Notre travail concerne la recherche et le choix de marqueurs SNPs ou microsatellites dans des gènes d’intérêt, l’établissement de protocoles d’analyse, et le génotypage de 150 taureaux. Le GIE Labogena (Jouy-en-Josas) réalise ensuite le génotypage des 3650 descendants mâles. A ce jour, 17 gènes ou régions chromosomiques ont été examinés et les protocoles transmis à Labogena pour 27 SNPs et 22 microsatellites retenus. Une seconde vague de marqueurs est actuellement en cours de sélection. L’association des différents marqueurs avec les caractéristiques musculaires et les aptitudes bouchères est actuellement en cours. Par ailleurs, un programme de détection de QTL sur les six familles dont les effectifs sont plus importants a été réalisé.

Projet Mugène

Ce projet a pour objectif d’identifier et d’analyser les gènes déterminants la qualité de la viande et il repose sur des animaux diffèrant par leur vitesse de croissance et issus de l’expérience de sélection menée par G. Renand au domaine INRA de Galles (Avord) en race charolaise. Il est conduit en collaboration avec les équipes de l’INRA de Jouy-en-Josas (SGQA) et Theix (URH et QuaPA). Notre travail consiste à utiliser des échantillons issus d’animaux de phénotypes extrêmes (pour le potentiel de croissance, la vitesse de maturation, ou la tendreté finale de leur viande) pour à la fois rechercher des polymorphismes dans les gènes candidats, soit identifiés dans ce projet ou que nous étudions par ailleurs, et valider l’intérêt des polymorphismes révélés dans ce programme ou dans d’autres (GeMQual). Les échantillons collectés sont également utilisés pour l’analyse fine de l’expression des gènes au niveau des transcrits et des protéines. Ainsi, nous avons abordé l’analyse de l’expression allélique des gènes CAPN1 et CAST. Enfin, il est à noter que ce programme servira de support à la recherche de QTL en race charolaise pour les performances de croissance notamment.


Références bibliographiques

- Hamelin M, Sayd T, Chambon C, Bouix J, Bibe B, Milenkovic D, Leveziel H, Georges M, Clop A, Marinova P, Laville E. (2006) Proteomic analysis of ovine muscle hypertrophy. J Anim Sci. 84 : 3266-76.
- Clop A, Marcq F, Takeda H, Pirottin D, Tordoir X, Bibe B, Bouix J, Caiment F, Elsen JM, Eychenne F, Larzul C, Laville E, Meish F, Milenkovic D, Tobin J, Charlier C, Georges M. (2006) A mutation creating a potential illegitimate microRNA target site in the myostatin gene affects muscularity in sheep. Nat Genet. 38 : 813-8.


Mentions légales - Plan du site - Contact - Webmaster